Êtes-vous pour la légalisation de la marijuana?
Oui88%
Non9%
Je ne sais pas2%
Je ne préfère pas répondre1%
Participez et
répondez aux questions ! >
Suivez-Nous
La Marijuana / Effets sur la santé

Effets sur la santé

Consommé à faibles doses, le cannabis produit un effet euphorisant, diminue l’anxiété et facilite les contacts entre individus. Il peut également intensifier les perceptions visuelles et auditives. Sa composante active, le Tétrahydrocannabinol (THC), permet aussi dans certains cas de soulager les douleurs chroniques et les malades en phase terminale. Toutefois, selon certains médecins, la fumée de la marijuana est encore plus néfaste que celle de la cigarette.

Le cannabis agit principalement sur le système nerveux central. Consommé à faibles doses, il produit un effet euphorisant, diminue l’anxiété et facilite les contacts entre individus. Il peut également intensifier les perceptions visuelles et auditives.

Consommé à fortes doses, le cannabis peut provoquer des malaises, augmenter l’anxiété et entraîner des réactions de panique, surtout les premières fois. Les fortes doses peuvent également causer une distorsion des sens, des hallucinations et même une psychose toxique aiguë de courte durée.

Vidéo : Les effets secondaires

Durée : 01:09 min.

Lieu : Hôpital général de Montréal, Québec

En entrevue : Dr Mark Ware

Le THC

L'une des principales caractéristiques du THC (composé actif du cannabis) est son action analgésique : il diminue la perception de la douleur et augmente la tolérance à cette dernière. Il permet donc de soulager les malades en phase terminale et les personnes souffrant de douleurs chroniques, résistantes aux traitements conventionnels.

L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé de McGill a mené une étude auprès de patients souffrant de douleurs neuropathiques chroniques (douleurs associées aux lésions nerveuses). Les patients ont consommé de faibles doses de cannabis (25 mg), contenant environ 10 % de THC, trois fois par jour pendant cinq jours. L’étude a permis de conclure que cette consommation leur a rapidement procuré une réduction modeste de la douleur. Les résultats tendent également à démontrer que le cannabis améliore l’humeur et favorise le sommeil des patients. Les effets ont été moins prononcés avec des doses de cannabis contenant moins de 10 % de THC.

D’autres recherches ont démontré les effets antinauséeux et antivomitifs du THC, efficaces dans le traitement des effets secondaires de la chimiothérapie et d'autres traitements lourds. Le THC stimule également l’appétit, entraînant une prise de poids, essentielle aux personnes souffrant de maigreur extrême ou se trouvant en phase terminale.

Les scientifiques ont démontré que d’autres propriétés du cannabis peuvent aider à traiter de nombreuses maladies, notamment des propriétés relaxantes et somnifères, pour les personnes en phase terminale et celles qui souffrent de troubles du sommeil. Le cannabis possède également des propriétés antispasmodiques pour les personnes atteintes de sclérose en plaque et d’épilepsie, ainsi que des effets antipsychotiques et antidépresseurs.


Les effets néfastes

Par ailleurs, certains effets néfastes sont associés à l’usage du cannabis. La fumée de marijuana expose l’organisme à des substances toxiques comme dans le cas de la cigarette. Certains médecins affirment que la fumée de la marijuana est encore plus néfaste que celle de la cigarette. Elle contiendrait 50 % plus de goudron et 70 % plus de benzopyrène. Fumer trois joints de marijuana serait donc l’équivalent de 20 cigarettes.

Plusieurs rapports et comités ont comparé la dangerosité du cannabis à celle d’autres drogues, de l’alcool et du tabac. La dépendance physique est considérée comme très forte pour l’alcool, forte pour le tabac et faible pour le cannabis. La dépendance psychique est très forte pour l’alcool et le tabac et faible pour le cannabis. La toxicité générale est considérée comme forte pour l’alcool, très forte pour le tabac et très faible pour le cannabis. La dépendance psychologique au cannabis menace 10 % des consommateurs réguliers. Près de 90 % des consommateurs sont occasionnels. Ce pourcentage n’est pas négligeable, mais il est inférieur aux risques provoqués par l’alcool ou le tabac.


Commenter >